Le monde sauvage

Depuis 1970, Le Monde Sauvage, entreprise familiale  parisienne, est spécialisée dans les  objets de décoration et les produits textiles. Aujourd’hui Béatrice Laval directrice artistique de la marque  présente son univers coloré inspiré du voyage, combiné à des ambiances graphiques et  contemporaines. Un résultat à son image, incarnation d’une génération ouverte sur le monde mixant  tradition/modernité et nomadisme/cocooning. Interview :


Béatrice Laval, qui êtes-vous ?

Je suis une mère de famille de trois enfants. Je vis dans le 3ème arrondissement de Paris et je suis chef d’entreprise de la marque de décoration d’intérieur Le Monde Sauvage fondé par mes parents il y a 45 ans.


Quelle a été la genèse de la marque ?

Le Monde Sauvage est né en 1970 avec pour première activité la fourrure de déco. Il s’agit d’une marque qui a toujours cherché à apporter sur le marché français des produits novateurs. Pendant les années 70 et 80, toute la marchandise venait d’Inde et de Chine et était artisanale. On a toujours été très ouverts aux différentes cultures et aux voyages. Dans les années 1990, nous avons opéré une transformation pour ne plus seulement être “dénicheur” mais “créateur”. Il a donc fallu repenser l’histoire et créer des univers. Mon père, c’était « trouver », et moi, surtout en textile, c’était «  créer ».


Le textile représente quoi pour la marque ?

Dans les années 90, quand l’Inde a commencé à s’ouvrir sur le plan commercial, nous avons commencé à travailler toutes sortes de tissus et c’est quelque chose que j’ai voulu garder.


Revenons à cette transition de trouver à créer…

Quand j’ai repris la direction artistique de la marque, je me suis tout de suite impliquée dans la création et le développement des produits. J’ai inséré beaucoup de motifs et j’ai puisé dans ce que nous avions fait dans le passé – le rotin par exemple – afin de créer de la nouveauté.


D’où vient le nom ?

Le Monde Sauvage représente l’exotisme de l’Asie, cette culture si différente de la nôtre. C’est aussi un nom qui joue sur le contraste entre l’intérieur et l’extérieur. Le textile, qui est au centre de notre offre, est très protecteur et douillet, c’est le cocon.

Votre appartement, tout comme vos boutiques, est un véritable arc-en-ciel. 


Comment faites-vous pour assurer une cohérence au niveau des couleurs ?

J’ai une formation d’architecte. Je me souviens encore du jour où, enfant, j’ai découvert comment mélanger les couleurs avec la peinture… Tous les tons ne viennent que de trois couleurs principales. Je les imagine décomposées et je les mélange en fonction de l’évolution de cette décomposition.

En règle générale, il faut éviter de mixer plus de 3 couleurs ensemble. Le respect de la lumière naturelle est aussi une donnée fondamentale qu’on ne peut pas fausser. Je pense toujours à l’effet de la lumière sur la couleur. Si on en revient à l’Inde, là-bas, des teintes comme le fuschia vont très bien marcher. Sous un soleil plus pâle comme chez nous,  cela va frôler le mauvais goût.


Quelles sont vos astuces déco ?

Je pense à appliquer la couleur du sol au plafond. On pense toujours aux murs mais le plafond ne doit pas forcément rester blanc !

Pin It on Pinterest

Share This